À propos

Nous cherchons à comprendre comment les enfants et les adolescents vivent la situation actuelle

Qui sommes-nous ?

Notre équipe de recherche est constituée de trois chercheuses, de quatre étudiantes au doctorat et d’un agent de recherche.

Julie Leclerc (Ph. D), chercheuse principale

Dre Leclerc est chercheuse régulière au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et professeur au département de psychologie de l’UQAM. Elle dirige le Laboratoire d’étude des troubles de l’ordre de la psychopathologie en enfance (LETOPE) et se spécialise dans l’étude des troubles neuro développementaux. Le Syndrome de Gilles de la Tourette et le Trouble obsessionnel compulsif sont les deux troubles sur lesquels Dre Leclerc oriente la majorité de ses recherches. Elle dirige d’ailleurs le Groupe d’étude sur les troubles tics, d’accumulation compulsive et obsessionnel compulsif (GE-tictactoc) ainsi que le Chantier santé mentale et Jeunesse du Centre de recherche.

Geneviève Gariépy (Ph. D), co-chercheuse

Chercheuse à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et professeure adjointe à l’École de santé publique de l’UdeM. Dre Gariépy est une épidémiologiste spécialisée dans l’étude de l’épidémiologie sociale et de la santé mentale. Ses expertises en enquêtes populationnelles, en analyses biostatistiques de même que dans le domaine de la santé mentale chez les jeunes s’avèrent indispensables à cette étude.

Marie-France Marin (Ph.D), co-chercheuse

Chercheuse régulière au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et professeur au département de psychologie de l’UQAM. Dre Marin, directrice du Laboratoire stress, trauma, émotion, anxiété et mémoire (STEAM Lab) s’intéresse aux facteurs biologiques et environnementaux qui influent sur la vulnérabilité à développer des psychopathologies liées au stress et à la peur (comme le Trouble de stress post-traumatique). Son expertise dans le domaine du stress nous apparait fondamentale dans le cadre de cette étude.

Audrey-Ann Journeault (B, Sc.)

Étudiante au doctorat en psychologie, profil recherche (Ph. D) à l’UdeM sous la supervision de Dre Sonia Lupien (Centre d’études sur le stress humain). Son projet de recherche vise à identifier les principaux facteurs prédicteurs de l’anxiété des enfants et des adolescents en milieu scolaire. Dès la mise en place de l’étude, Audrey-Ann n’a pas tardé à s’impliquer pour mieux comprendre l’effet de cette pandémie sur la santé mentale des jeunes. Ses expériences en recherche, surtout la recherche en ligne, ont été déterminantes pour la mise en place de l’étude.

Maude Payer (B. Sc.)

Étudiante au doctorat en psychologie au profil scientifique-professionnel (Psy. D., Ph. D) à l’UQAM, sous la direction de Dre Julie Leclerc. Son projet de recherche porte sur le rôle de la régulation émotionnelle dans le syndrome de Gilles de la Tourette. Maude coordonne le GE-tictactoc et s’implique sans hésiter dans différents projets de recherche. Dans le cadre de ce projet, elle assure une progression continue des tâches relatives à l’implantation et à la continuation du projet.

Lysandre Bourguignon (B. Sc.)

Est la plus récente étudiante supervisée par Dre Julie Leclerc. Elle est étudiante au doctorat en psychologie, profil recherche (Ph. D) à l’UQAM. Lysandre s’intéresse aux troubles neurodéveloppementaux. Lysandre à des compétences notables en recherche scientifique : elle s’est très tôt dans son parcours universitaire impliqué dans la recherche scientifique. Ses expériences en recherches et sa versatilité sont un atout pour la recherche.

Philippe Valois (Ph. D)

Dr Valois a tout récemment gradué. Il a complété son doctorat en psychologie, profil recherche (Ph. D) sous la direction de Dr Jacques Forget (Ph. D). Lors de son parcours, Dr Valois a su développer et perfectionner des compétences en psychométrie spécialisée auprès des enfants. Il maitrise les différents logiciels statistiques et s’occupe notamment des analyses de l’étude. Philippe possède des compétences essentielles en recherche, qui permettent l’évolution et la pérennité de cette étude.